Friday, April 5, 2013

My Letter to Suze Orman

I wrote this to Suze Orman, the lesbian famous for financial advice. I doubt she will read it or respond to me, but it was worth a try.

Dear Ms. Orman,
I watched your exchange with Mr. Anderson on the set of Mr. Morgan's show on CNN. The topic was same-sex marriage.
I am LGBT, and my mother and her lesbian partner raised me from the ages of two until nineteen (when my mother died). Many of the arguments you posed to Mr. Anderson were hence in my name--in a way that might be hard for you to fathom, since you know what it is like to be a lesbian, but you do not know what it is like to be raised by lesbians.
While I appreciate your desire to validate your relationship with your partner, I feel hurt by several of your contentions and I would like to speak with you personally about them.
First, my mother and her partner were together for love, not for tax breaks or health benefits. The wonderful thing about gay love before was that it was truly pure love, since it did not bring with it the politics of dowries, estates, and inheritances. Mixing money with love will not make things better for our community; it will make things worse. Within the gay community, it has meant so much that we are close and support each other even if our gay friends are unpartnered. It will be detrimental for coupled LGBTs to suddenly have a star status, leaving their single gay friends unaccounted for.
Second, all the money in the world cannot replace a father. I assume the same goes for a mother. Despite my closeness to my mother's partner, I sought out my father in my twenties and now have a close relationship with him. It is wrong for lesbian couples to pre-arrange a parenting situation that deprives a child of his father. I hope that you understand this and can take account of this in future statements.
Third, part of loving and respecting my community is that I believe we should set high standards for ourselves. It is not good if our community becomes complicit with human trafficking and the sale of human beings in order to satisfy our desire for love. A gay couple that buys a baby from a surrogate mother cannot really love their child truly; to love the child, you must love ALL of your child, which means you have to love and be faithful to its parent of the opposite sex. I am saddened that so many gay advocates ignore the ethical problems in these parenting arrangements.
I support civil unions and am disappointed that gay advocates brushed the idea aside so quickly in an attempt to take on traditions and parental titles designed for a population totally different from us.
I am nobody famous or powerful; I am a relatively poor individual struggling to support my family. Still, I believe it would be right for you to speak with me, since it is in my name, not in Mr. Anderson's nor in yours, that these debates are being waged.
God bless you and thank you for your time.
Sincerely,

Robert Oscar Lopez




Part 2:  here

FRENCH TRANSLATION


J'ai écrit ceci pour Suze Orman, la célèbre conseillère en finance lesbienne. Je doute qu'elle va le lira ou qu’elle me répondra, mais ça valait le coup d'essayer.


Madame Orman,

J'ai regardé votre échange avec M. Anderson sur le plateau de l’émission de M. Morgan sur CNN. Le sujet était le mariage homosexuel.

Je suis LGBT, et ma mère et sa partenaire lesbienne m'ont élevé de l’âge de deux jusqu'à l’âge de dix-neuf ans (quand ma mère est décédée). Un bon nombre d’arguments que vous avez posés à M. Anderson étaient donc posés en mon nom - d'une manière qui pourrait être difficile pour vous de comprendre, puisque vous savez ce que c'est que d'être lesbienne, mais vous ne savez pas ce que c'est que d'être élevée par des lesbiennes.

Même si je comprends votre désir de valider votre relation avec votre partenaire, je me sens mal à l’aise à cause de plusieurs de vos affirmations dont je voudrais vous parler personnellement.

Tout d'abord, ma mère et sa conjointe étaient ensemble pour l'amour, pas pour des allégements fiscaux ou des prestations de santé. Auparavant, ce qui était beau dans l’amour gay, c'est que c'était vraiment de l'amour pur, car il n'apportait pas avec lui la politique de la dot, les successions et les héritages. Le mélange de l'argent et de l'amour n’améliorera pas les choses pour notre communauté, il va ne faire qu’empirer la situation.  Au sein de la communauté gay, cela signifie tant que nous sommes proches et nous nous soutenons mutuellement, même si nos amis gays n’ont pas de partenaire. Si les LGBT qui sont en couple acquièrent un statut de star, et que leurs amis gays célibataires sont portés disparus cela sera au détriment de la communauté.

Deuxièmement, tout l'argent du monde ne peut pas remplacer un père. Je suppose que c'est la même chose pour une mère. En dépit de ma proximité avec la partenaire de ma mère, j'ai cherché mon père quand j’avais vingt ans et nous avons maintenant une relation proche. Il est mauvais pour les couples de lesbiennes de pré-organiser une situation parentale qui prive un enfant de son père. J'espère que vous comprenez cela et pouvez en tenir compte dans de futures déclarations.

Troisièmement, je crois que le devoir de fixer des normes élevées pour nous-mêmes fait partie d’aimer et de respecter notre communauté. Ce n’est pas bien si notre communauté devient complice dans la traite des personnes et la vente d'êtres humains dans le but de satisfaire notre désir d'amour. Un couple gay qui achète un bébé d'une mère porteuse ne peut pas vraiment et véritablement aimer leur enfant; pour aimer l'enfant, il faut aimer TOUT de votre enfant, ce qui signifie que vous devez aimer et être fidèle à son parent du sexe opposé. Je suis attristé que de si nombreux militants homosexuels ignorent les problèmes éthiques dans ces ententes parentales.

Je suis en faveur des unions civiles et je suis déçu que les défenseurs homosexuels les abandonnent si rapidement dans l’idée de prendre des traditions et des titres parentaux conçus pour une population totalement différents de la notre.

Je ne suis pas quelqu’un de célèbre ou de puissant, je suis une personne relativement pauvre qui lutte pour soutenir ma famille. Pourtant, je crois qu'il serait bon pour vous de me parler, car c’est en mon nom, et non pas celui de M. Anderson, ni du vôtre, que ces débats sont menés.

Que Dieu vous bénisse et merci pour votre temps.

Cordialement,

Robert Oscar Lopez